Commission européenne : plan d’action pour aider les producteurs d’huile d’olive

Désormais, les restaurants sont obligés d’utiliser en salle, des bouteilles d’huile d’olive à usage unique, conditionnées pour être jetées après chaque consommation.

Mieux protéger et informer le consommateur

C’était en 2012 que la Commission européenne a présenté un plan d’action sur le secteur de l’huile d’olive dans l’Union Européenne. Ainsi, de nouvelles mesures européennes visent à améliorer la qualité et le contrôle des huiles d’olive. Il s’agit de mesures conçues pour stimuler l’image de marque de l’huile d’olive européenne et de mieux protéger et informer le consommateur. Ces mesures sont entrées en vigueur à compter du 1er janvier 2014. Elles vont contribuer au renforcement de la filière, en utilisant toutes les possibilités offertes par la réforme de la PAC, et en mobilisant tous ses acteurs.

Les actions entreprises pour améliorer la qualité et contrôler les huiles d’olive

Grâce à ces mesures pour l’amélioration de la qualité et le contrôle des huiles d’olive en Europe, les actions entreprises vont notamment :

Rendre obligatoire la mention sur les étiquettes des conditions de conservation ;

  • Améliorer l’affichage (la taille des caractères) ;
  • Mieux positionner l’information (champ visuel) ;
  • Contraindre les Etats membres à exiger l’utilisation d’emballages à utilisation unique, ne permettant pas aux restaurateurs de remplir eux-mêmes leurs bouteilles d’huile d’olive laissées sur les tables ;
  • Faire la chasse aux mélanges frauduleux de plusieurs huiles, par souci d’économie.

Garantir la qualité et l’authenticité des huiles d’olive

Pour mettre en œuvre ces actions, un règlement d’exécution de la Commission européenne, datant du 26 mars 2013 a été adopté, dont l’entrée en application est le 1er janvier 2014. Ainsi, ce règlement complète celui du 13 janvier 2012, relatif aux normes de commercialisation de l’huile d’olive. En effet, l’article premier du règlement d’exécution de 2012 prévoyait d’obliger les établissements concernés à « utiliser des bouteilles d’huiles munies d’un système d’ouverture qui perd son intégrité après la première utilisation et d’un système de protection empêchant leur réutilisation après épuisement du contenu indiqué sur l’étiquette », dans le but de garantir la qualité et l’authenticité des huiles mises à la disposition du consommateur final, dans le secteur de l’hôtellerie, de la restauration, et des cafés.

Des sanctions sont prévues

En outre, les bouteilles contenant une étiquette avec l’appellation « huile d’olive » pour lesquelles des normes de qualité ont été établies ne doivent pas être modifiées ou altérées. Les détenteurs d’huile d’olive (restaurateurs, cantine, vendeurs de pizza…) doivent donc consigner dans un registre les entrées et les sorties de chaque catégorie d’huile qu’ils utilisent et proposent au client. Sinon, des sanctions pourront s’appliquer en cas de contrôle réalisé par les agents de la répression des fraudes.